Agriculture et alimentation

La "ferme France" demeure l'un des leaders de l'agriculture mondiale. Mais confrontée à de nombreux défis, il était essentiel de l'accompagner dans sa transformation pour répondre aux exigences des consommateurs, voisins, et citoyens. Au cours de ces 5 années, le parlement s'est engagé à renforcer notre agriculture et améliorer l'alimentation de nos compatriotes. 

Donner aux agriculteurs les moyens de vivre dignement

Le premier défi de nos exploitations agricoles demeure le chiffre d'affaire, la rémunération puis la retraite. Confrontés à des prix en baisse constante, à un marché toujours plus concurrentiel, les appels à l'aide ont été toujours plus nombreux. 

Le parlement a voté le principe d'une retraite plus juste. Ainsi les anciens chefs d'exploitation toucheront un minimum de 85 % du SMIC ( soit 100 euros supplémentaires pour 227 000 anciens agriculteurs), une proposition de loi prévoit une hausse moyenne de 100 euros par mois des petites retraites des conjoints collaborateurs d'agriculteurs (210 000 retraités, souvent des femmes). 

La politique agricole commune qui se met en place à compter de 2022, est ambitieuse, notamment sur la part donnée aux dépenses environnementales. Les agriculteurs bénéficieront d'aides constantes et fortes pour transformer leur exploitation et répondre à ces exigences. 

Grace à la loi dite EGALIM, nous avons engagé le rééquilibrage des négociations des prix agricoles pour que la construction des prix se fasse avec les organisations de producteurs et en améliorant la transparence des couts d'achats de la matière agricole dans les conditions générales de vente. Enfin, un comité de règlement des différends commerciaux agricoles. 

 

Préserver et développer une filière d'excellence 

 

Pour préserver notre agriculture de qualité, qui respecte les standards français et européens en matière d'environnement, de santé, de bien être animal, il était essentiel de protéger nos agriculteurs de la concurrence déloyale. Aussi, le gouvernement et le parlement ont mis un veto sur tout accord commercial qui n'offrirait pas de garanties solides et c'est le cas du MERCOSUR avec les pays d'Amérique du Sud. 

Parce que nous devons penser à l'agriculture de demain, nous aidons les nouvelles générations d'agriculteurs à s'installer, via un renforcement de 56% de la dotation jeunes agriculteurs et en développant l'apprentissage agricole. Les résultats sont là, un niveau record en 2021 du nombre d'apprentis dans la filière agricole. 

Enfin, nous soutenons l'agriculture innovante avec la mise en place de certification de haute valeur environnementale, le développement des biocarburants et de la filière des protéines végétales. 

 

Faire face avec les agriculteurs aux défis climatiques et de la biodiversité

 

Les agriculteurs sont les premiers témoins et acteurs de la lutte contre les crises climatiques et de la biodiversité. Aussi, pour les épauler dans cette lutte mais également pour les orienter et accentuer nos exigences nous avons voté différentes mesures :